Le Relais du Triporteur

Comme introduction à ce blog et pour marquer le lancement des Carnets d’Alison, je tenais à vous faire connaître une l’ASBL qui me tient à cœur et dont je suis assez proche,  « Le Relais du Triporteur ».

Ayant toujours été captivée par le sujet de la conservation de notre planète, et par extension, le développement durable, ce n’est selon moi pas un hasard si au fil de mes rencontres personnelles, j’ai été amenée à connaître et à être impliquée (à petite échelle) dans cette initiative. Bien que j’ai toujours eu la volonté de vivre de manière la plus « green » possible, ce n’est qu’après cette rencontre que je peux dire avoir trouvé l’inspiration pour changer certaines habitudes et inclure plein de petites démarches dans ma vie quotidienne.

Petit bijou dans le domaine de l’alimentation saine et durable, le « Relais », comme le surnomment ses habitués, est porté par une équipe grandissante faite de jeunes indépendant(e)s et de bénévoles, qui chaque jour réinventent la cuisine, et ce avec des produits bio, locaux et de saison.

Ceci étant dit, ce serait mal juger le Relais du Triporteur que de lui apposer la trop simple étiquette de « restaurant bio ». Car au-delà d’une alimentation saine, c’est autour de trois axes que s’articulent toutes les démarches du Relais : économique, social et environnemental. Situé dans la commune de Watermael-Boitsfort, l’épicerie-restaurant s’approvisionne notamment chez des producteurs locaux tels que Le Bercail (bergerie à Watermael-Boitsfort ), Vert d’Iris ( coopérative potagère à Anderlecht), Coprosain (coopérative de fermiers dans la région de Ath), favorisant ainsi les circuits de type court. Pour les autres produits, ils sont bien entendu issus du commerce équitable. Grâce au fait que l’épicerie accueille régulièrement de nouveaux producteurs, désireux de faire connaître leurs produits, l’éventail de produits proposés est en constant accroissement. 

Initiative sociale, car l’épicerie et le restaurant organisent des ateliers culinaires, de fabrication de produits ménagers et bien plus encore, afin de sensibiliser petits et grands à une alimentation saine et une consommation responsable.

Du point de vue environnemental, le Relais tente de réduire un maximum son impact écologique à travers plusieurs actions tel que le tri des déchets (tous les déchets compostables sont mis à disposition des locaux!), une vente en vrac des produits à l’épicerie, l’utilisation de contenant recyclés pour les plats à emporter et surtout, un bel esprit anti-gaspi qui anime autant l’équipe que les clients.

Après cette brève présentation, voici un petit échange avec Dominique Stassart, fondatrice du Relais du Triporteur.

Comment est née l’idée du Relais du Triporteur ?

D. S. : Mon projet s’est forgé autour d’un ras le bol… j’ai pensé un jour « maintenant ça suffit ». J’ai laissé derrière moi un boulot stressant, qui ne me satisfaisait pas, mais du coup aussi  toute la sécurité que procurait un travail fixe.

Je dois dire que c’est un concours de circonstances pas très joyeuses qui a fait prendre forme en moi d’un véritable désir de retourner vers la simplicité.

Je me suis demandé non seulement quelle personne j’avais envie d’être, mais aussi quelle personne j’étais profondément. Je souhaitais réaliser quelque chose qui me corresponde, me rende heureuse et qui en même temps apporte quelque chose aux autres.

Quelles étaient les motivations au moment de la conception, sont-elles identiques au jour d’aujourd’hui ?

D.S. : d’un point de vue personnel, je voulais redéfinir les priorités dans ma vie. La question de « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » est de celles qu’on pose dès le début d’une rencontre, et la réponse qui en découle montre que la plupart des gens ont intégré le travail à la notion d’identité. En ce qui me concerne, j’ai voulu quitter une identité dominante, ou le travail défini la personne, pour une identité préférée, via une activité en accord avec le sens que je voulais donner à ma vie et les valeurs que je voulais affirmer.

De là est né le désir de changer les comportements, tant au niveau alimentaire que social, en suscitant l’attention des enfants, des étudiants, des jeunes couples et quiconque ayant la volonté d’améliorer sa qualité de vie.

Ces motivations sont toujours actuelles, la seule différence étant que j’étais seule au début, et que maintenant cette motivation s’est répercutée dans toute une équipe qui s’agrandit au cours du temps , nous sommes maintenant une petite vingtaine de personnes qui s’activent avec plaisir.

Votre démarche implique-t-elle une notion de vie communautaire/un réseau ?

D.S. : Absolument , beaucoup de mouvements similaires prennent naissance un peu partout dans le pays , dans le monde , des réseaux s’installent et il est important d’en faire partie.

À un niveau plus local, aussi, le bouche-à-oreille fonctionne, cela prend du temps mais le temps n’a pas d’importance, un changement de comportement durable ne se fait pas en un claquement de doigts.

Pensez-vous que derrière la tendance à la mode, il y ait un réel éveil des consciences par rapport au bio, au commerce équitable, à l’écologie ?

D.S. : Bien sûr! Qui n’a pas un proche, un ami qui tombe malade, qui reste indifférent aux changements climatiques, nous sommes de plus en plus confrontés à devoir trouver des solutions à petites échelles, à nous regarder droit dans les yeux et à retrousser nos manches pour changer de comportements et d’habitudes car il n’y a plus aucun doute, le monde tourne mal et l’addition de petites actions locales et citoyennes donneront du courage aux plus jeunes de changer ce monde…d’écouter et de respecter la seule chose gratuite que nous avons à portée de mains, la nature.

Les Carnets d’Alison: Le Relais du Triporteur from Les Carnets d’Alison on Vimeo.

Publicités
Publié dans: Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s